Anatomie et Gestion Administrative d’un Nom de Domaine

Les noms de domaines

Que vous vouliez mettre en ligne un site web ou avoir des adresses email personnalisées par exemple, la première étape est de posséder un nom de domaine, c’est pourquoi cette partie est la première dans ce cours.

Voyons tout d’abord ce qu’est un nom de domaine, que je vais appeler simplement domaine par la suite. C’est tout simplement le nom, compréhensible par un humain (par exemple votreentreprise.com), d’un “domaine” sur internet.

Le nom de domaine fait le lien entre différents services utilisant Internet, typiquement le site web et les emails.

Concrètement, un domaine est une propriété qui est possédée par une personne physique ou morale et à laquelle est rattachée des données administratives (les données de contact du titulaire, entre autre), ainsi que des données techniques (la zone DNS).

Dans le premier chapitre, nous verrons les acteurs et l’anatomie d’un domaine.

Dans le deuxième chapitre, nous verrons le cycle de vie d’un domaine, depuis sa création jusqu’à sa disparition.

Dans le troisième nous verrons une étape fréquente et qu’il est très important de maîtriser dans la vie d’un domaine : son transfert entre deux titulaires et/ou de bureau d’enregistrement.

Enfin, dans le derniers chapitre, nous verrons la base de la gestion technique d’un domaine : ses paramètres DNS.

Accrochez-vous bien car cette première partie est très dense, mais bien comprendre ce qu’est un domaine et comment il fonctionne est primordial pour que vous compreniez bien la suite de ce cours.

Anatomie et gestion administrative

Dans cette toute première partie, nous verrons plus en détail de quoi est fait un domaine.

Nous mettrons cela en pratique dans le prochaine chapitre lorsque nous parleront effectivement de la commande, du renouvellement et de l’expiration d’un domaine.

Les acteurs des noms de domaine

Nous allons d’abord voir comment et par qui les noms de domaines sont gérés.

Il y a tout d’abord le titulaire (registrant en anglais) du domaine qui est la personne physique ou morale qui le possède et l’utilise.

Le titulaire achète le domaine à un bureau d’enregistrement (registrar en anglais). Celui-ci est la société qui fourni les services basiques de gestion administrative et technique du domaine. Typiquement, c’est l’hébergeur mais nous le verrons plus tard, le site et a fortiori la partie technique du domaine peuvent être gérés ailleurs que chez le bureau d’enregistrement.

Le bureau d’enregistrement achète lui-même le domaine auprès d’un registre (registry en anglais), un organisme qui justement fourni les domaines pour une ou plusieurs extensions.

Le registre est aussi l’organisme qui fixe les règles, procédures et conditions d’utilisation des extensions dont il a la charge. Il a droit de vie ou de mort sur les domaines que vous possédez. Si vous ne respectez pas les conditions d’utilisation ou ne terminez pas une procédure qu’il a lancé, il peut mettre le domaine hors service voir vous le “reprendre”. Les bureaux d’enregistrement peuvent ajouter une couche de règles, procédures et conditions d’utilisation qu’il conviendra aussi de respecter.

Le registre principal est l’ICANN. Il gère quelques extensions dont les .com et délègue la gestion des autres à divers organismes. Pour les .fr par exemple, c’est l’Afnic. (l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération).

L’anatomie d’un domaine

Un domaine tel que www.openclassrooms.com peut se décomposer en trois parties.

L’extension

La partie à la fin est appelée l’extension, ou domaine de premier niveau (TLD ou Top Level Domain en anglais). C’est elle qui va déterminer le registre qui la fourni, si elle peut être achetée chez votre bureau d’enregistrement, et à quel prix.

Typiquement elle est courte et ne contient elle-même pas de point, mais il y a des exceptions.
Voici quelques exemples : .fr, .com, .paris, .international, .co.uk, .ninja, .xxx, .vin.

Vous l’avez vu, certaines extensions sont un peu fantaisiste…

Le (corps du) domaine

La partie juste à gauche du point avant l’extension est ce qu’on appelle le domaine de second niveau, ou plus communément : le domaine.

Par extension, quand on dit le domaine, on désigne la plupart du temps cette partie là, plus l’extension.

C’est la partie que vous choisissez (en plus de l’extension) lorsque vous achetez un domaine auprès d’un bureau d’enregistrement.

La taille minimal est de deux caractères, et la taille maximale … ne devrait jamais être atteinte. Un nom de domaine doit être retenu par un humain, il doit vous représenter au mieux, sans être trop long ni trop mystérieux.

Les caractères ne devraient être que des lettres non accentuées, des chiffres et des traits d’union (-). Techniquement, plusieurs extensions permettent néanmoins d’avoir des caractères non-ASCII tels que é , ï , ç par exemple. Mais je pense que c’est une mauvaise idée parce que peu de monde est habitué à voir ce type de caractères dans des domaines et c’est potentiellement source de bug dans les interfaces des bureaux d’enregistrement.

Les sous-domaines

La ou les parties encore à gauche du point avant le domaine est (sont) le sous-domaine(s). La création de cette partie se fait via les paramètres techniques du domaine et est généralement gratuite et illimitée.

Seuls certains sous-domaines “techniques” peuvent commencer par un tiret bas (_).

Gestion administrative d’un domaine, données de contact et Whois

Nous avons vu que les domaines possédaient une partie administrative. Celle-ci contient des informations relatives au cycle de vie du domaine (telles que le bureau et la date d’enregistrement et de renouvellement par exemple) mais aussi et surtout les données de contact du domaine.

Il y a en fait trois séries de données de contact pour trois entités :

  • Le titulaire : c’est vous ou votre association/société.
  • Le contact administratif : la majorité du temps c’est le même que le titulaire.
  • Le contact technique : c’est soit à nouveau les même coordonnées que le titulaire, soit les coordonnées du bureau d’enregistrement.

Le plus important étant évidement le titulaire puisque ce sont ces données qui définissent qui est propriétaire du domaine. Ces données sont à chaque fois composées du nom de famille et prénom (et/ou nom de la personne morale), de l’adresse postale, du numéro de téléphone (et de fax) et de l’adresse email.

Toutes ces données sont par défaut publiques et consultables gratuitement par n’importe qui sur Internet via les Whois (prononcez ouiz, la contraction de Who is qui signifie Qui est en anglais).

Vous pouvez par exemple utiliser le site who.is pour rechercher les informations liées à openclassrooms.com. On constate entre autre qu’il existe depuis le 05/12/2008 et qu’il appartient à OpenClassrooms SAS.

Mais c’est terrible !

Je n’ai pas envie que tout le monde sache que c’est moi qui possède le domaine lesteletubbiespourlavie.fr et trouve aussi facilement mon numéro de téléphone et mon adresse email !

Très bon point ! Cela pose en effet de gros soucis de vie privée, en plus d’une certitude de se faire spammer

Heureusement, tous les bureaux d’enregistrement proposent la possibilité d’activer l’enregistrement privé afin d’anonymiser tout ou partie de ces données en Whois, typiquement en les remplaçant par d’autres données factices ou liée au bureau d’enregistrement.

Lorsque vous commandez un domaine, vous devez vous enquérir auprès du bureau d’enregistrement si oui, dans quelle mesure, et à quelles conditions, l’enregistrement privé peut être activé.

C’est une encore plus mauvaise idée de mettre vous-même des données factices dans les données de contact de vos domaines car cela viole très certainement les CGV du bureau d’enregistrement et du registre.

Quasiment tous les registres exigent que les données de contact soient vraies et ils peuvent vous demander à tout moment de les prouver. Si vous ne pouvez pas, vous pouvez perdre le domaine. C’est d’autant plus important pour l’adresse email du titulaire, à cause des transferts que nous verrons plus tard.

En résumé

  • Les domaines font le lien entre un nom et un site web ou des adresses email.
  • Les domaines sont des propriétés qui doivent être achetées pour une durée limitée auprès de bureaux d’enregistrement.
  • La partie administrative (et technique) du domaine est publique, consultable via les Whois, mais les données de contact peuvent être anonymisées‌.

Comments are closed